Dr. Sami Kleib / مؤسس ورئيس تحرير: د.سامي كليب

Recycler, créer et innover nos VHS !

1518
news room April 21,2021

Nadine Sayegh-Paris

Qui aurait dit qu’un jour nos souvenirs enregistrés dans les cassettes VHS se retrouveraient sur un cintre !

Certains ont pensé à les numériser sous forme de DVD, de disques durs ou de clé USB. De les revendre pour financer des actions humanitaires comme cette association Libenfant, qui récupère leur plastique pour le vendre et financer l’éducation d’orphelins au Liban.

Mais de les recycler pour confectionner des habits, il n’y a que Benjamin Benmoyal qui a osé le faire, et ceci, depuis plusieurs années !

Dès le début, son idée a été d’inventer une mode durable, avec des vêtements, mélanges de tissu et de bandes magnétiques de cassettes : " Ma première collection s'appelait 'It was better tomorrow' car on est tous un peu nostalgique du passé " comme le confirme-t-il.

Après son service militaire, il intègre une prestigieuse école de mode. Il prend des cours de tissage dans un atelier londonien et se familiarise avec ce matériau d’enfance qu'est la bande magnétique.

"Mes premiers vêtements ne ressemblaient à rien. Mais j'ai réalisé qu'on pouvait tisser des cassettes. La bande magnétique en tant que telle est un morceau de plastique. Ce n'est pas l'idéal car elle n'est pas extensible. Ça peut gratter. Avec 3 000 mètres de bandes magnétiques, je peux faire 25 mètres, voire 30. De plus, chaque vêtement a une signification pour moi, selon l’origine de la bande. J’aurais ainsi un vêtement fait à partir de bande de musique classique, de musique rock ou de dessins animés ! " Dit-il en souriant.

Certes, il y avait déjà une belle vision du futur dans les années 1960, imaginée et reproduite par Pierre Cardin ou André Courrèges, et Benjamin a voulu la perpétuer : « Les vêtements que j’imagine sont inspirés des années 1960 et des formes épurées de l'architecture brutaliste. J'avais envie de reprendre ce point de vue-là pour parler du futur maintenant qu’on en a une vision totalement dystopique et pessimiste. Je suis né d'un père marocain et d'une mère égyptienne, j'étudie de plus en plus cette culture parce que je la trouve extrêmement riche. Je m'inspire des rayures que portaient les Marocains dans plusieurs habits comme le haïk, ce grand drapé de tissu que l'on enroule. On travaille beaucoup les volumes, les habits traditionnels marocains, que j'essaye de réutiliser et de redévelopper pour en faire quelque chose de plus contemporain ».

Lui qui a reçu énormément de cassettes de la BBC et même un défilé Chanel, confirme : « Ce qui me plait le plus, ce sont les cassettes envoyées par les particuliers. Là, on touche à quelque chose de très personnel ». Quelqu'un qui partage sa musique, sa vie et ses souvenirs partage une partie de soi.  

Alors comme l’époque des magnétos est désormais révolue, soyons créatifs, inventeurs et retrouvons-les en guise de table basse, étagères ou porte-parapluies car toutes les transformations sont possibles !

الكاتب

Nadine Sayegh-Paris

الكاتب:Nadine Sayegh-Paris

  • للمشاركة