Dr. Sami Kleib / مؤسس ورئيس تحرير: د.سامي كليب

Quand danser rime avec révolutionner !

591
news room October 21,2020

Pour danser, il faut braver l’interdit, défier les obstacles, libérer son esprit, ses jambes et son cœur.
Dépasser les entraves des institutions religieuses, des normes et des attaches sociales.
Si cet art de mouvoir son corps aux rythmes de la musique est aujourd’hui une activité publique, commune, ludique, libératoire, il a fallu beaucoup de mous et de remous à travers les temps pour l’en accepter, et accepter la présence subversive du partenaire féminin.
Qui n’a jamais assisté à un spectacle de French cancan ou à une représentation classique du Boléro de Ravel sans en sortir enchanté ? Et dire qu’ils ont suscité bien des critiques, pas toujours élogieuses, à l’époque de leur création, dans un XIX siècle où la danse est codifiée et les partenaires des hommes ne sont que des femmes-troncs !
 
L’idée commence en 1825 quand les hommes s’octroient une minute d’extravagance au cours de la danse. C’est le cavalier seul qui s’invente des mouvements, jongle avec son corps et gesticule librement, et la naissance du french cancan.
En 1829, il se féminise davantage et ses partenaires commencent à accomplir des prouesses.
Cependant, alors que ce cancan est interdit et la police arrête les danseuses et les danseurs pour une indécence que l’Eglise dénigre, il va aiguiser une certaine curiosité. On accourt de partout pour voir ces audacieuses qui osent braver l’autorité. Puis en 1857, on invente la fameuse série de battements des pieds et des jambes. Et très vite, la danse se professionnalise quand Jacques Offenbach compose « Le galop infernal » de son opéra « Orphée aux enfers ».
Avec le temps, cette danse d’un soliste entourée d’une horde de femmes est devenue l'un des symboles de la France traditionnelle, qui a révolutionné les codes de la séduction et pulvérisé les tabous.
 
Et que dire d’Ida Rubinstein, cette danseuse hors codes, bisexuelle, scandaleuse, provocante, artiviste, née en Russie dans une famille juive, très riche, orpheline a 7 ans, dont l’amour pour la dance va jusqu’à la marginaliser et la faire interner dans un hôpital psychiatrique.
A sa sortie, elle se reproduit sur scène et fait scandale en se dénuant dans « la danse des 7 voiles », l’ancêtre du strip-tease.
Mais son audace ne fait que la récompenser. Aussitôt censurée pas l’Eglise orthodoxe, elle est engagée aux ballets russes et émerveille la foule, de Moscou à Paris. D’une féminité assumée, très inspirante, elle fait travailler Paul Valery, Paul Claudel et commande à Ravel « le Boléro » en 1928, qui, partant d’une simple étude musicale, va devenir un succès planétaire.

الكاتب

Nadine Sayegh-Paris

الكاتب:Nadine Sayegh-Paris

  • للمشاركة