Dr. Sami Kleib / مؤسس ورئيس تحرير: د.سامي كليب

La langue arabe, le combat contre l'air du temps !

1040
news room October 14,2020


Nadine Sayegh-Paris
 
L’arabe, comme toute langue, est d'abord un véhicule de culture et de beauté, bien au-delà d'une région ou d'une religion. Quant à cette belle langue, trésor pour la France, comme le crie haut et fort le président de l'Institut du Monde Arabe, Jack Lang, reste un sujet polémique !
 
La langue arabe, un marqueur identitaire ?
Aujourd’hui plus que jamais, Il est crucial de dissocier l’arabe de l’islam. Cette langue qui a existé bien avant la religion à laquelle elle est toujours associée. Force est de constater que l’Indonésie, le pays musulman le plus peuplé au monde, ne parle pas l’arabe !
Née des écritures araméenne et nabatéenne, les Églises d'Orient et les communautés juives l’utilisent depuis des siècles commeprincipal outil pour transmettre les sciences  et les savoirs grecs. C’est aussi en langue arabe que Maimonide, ce grand philosophe juif du Moyen Age, a écrit « le Guide des égarés ».
 
L’engouement croissant pour la langue arabe
C'est la langue des scientifiques. Des artistes. Des entrepreneurs. La cinquième langue la plus parlée au monde, une langue que l’on pratique parfois sans le savoir tant elle a imprégné le français : café, algèbre, sucre, chimie…... plus de six cents mots en sont encore restés ! L'arabe, c'est à la fois un trésor mondial et un patrimoine national.
Quand François Ier fonde le Collège royal en 1530, devenu Collège de France, il exige que les enseignements soient assurés en arabe, en grec et en hébreu. À la même époque, Rabelais recommande d'apprendre l'arabe. Assurément, la France a eu et aura toujours un rôle unique à jouer dans la compréhension mutuelle entre les pays arabes et le reste du monde, d’autant plus que les cours ne désemplissent pas à Sciences Po, Normale Sup et Polytechnique.
Le plurilinguisme reste source de richesse.
 
L’arabe, un tabou en France
Cependant, même si l’arabe continue à être associée, pour beaucoup, à la langue du Coran, Jack Lang reste un grand partisan pour le dissocier et bat en brèche toutes idées reçues dans ce sens, lui qui s’est battu pour en créer une certification internationale de maîtrise de l'arabe (la CIMA) au même titre que le TOEFL pour l’anglais ou le DELE pour l’espagnol .« N'abandonnons pas l'enseignement de l'arabe aux religieux… Il faut développer son enseignement et lui donner du prestige pour échapper aux structures dédiées à des dérives communautaristes », dit-il.
Quant au remède, Emmanuel Macron l’a trouvé pour la rentrée en septembre 2020. Il confirme qu’ « il est indispensable que toute personne qui enseigne cette langue puisse faire l’objet d’un contrôle sur la maitrise du français et le respect des lois de la République ». Ainsi les ELCO (enseignements de langue et culture d’origine) créés dans les années 70, avec des pays partenaires tels l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et la Turquie afin d’assurer un enseignement culturel et linguistique aux enfantsd’immigrés, seront remplacés par les EILE (enseignements internationaux de langue étrangère) au même titre que l’allemand, l’espagnol, le chinois ou l’italien, pour quel’enseignement soit contrôlé par l’Education nationale et ouvert à tout élève scolarisé.
Et comme le répète Jack Lang : « C'est en assurant pleinement l'enseignement laïque de la langue arabe dans l'École de la République que l'on contribuera à affaiblir les séparatismes ».

الكاتب

Nadine Sayegh-Paris

الكاتب:Nadine Sayegh-Paris

  • للمشاركة