Dr. Sami Kleib / مؤسس ورئيس تحرير: د.سامي كليب

la cuisine française et le cerveau !

744
news room April 14,2021

 

Nadine Sayegh-Paris

Quand on sait que le tout 1er restaurant a vu le jour à Paris en 1765, loin des tavernes et des auberges d’antan, on ne s’étonne plus qu’un certain Auguste Escoffier, ce génie des fourneaux, soit français et que tout chef gastronomique remarquable soit défini de « cordon-bleu ».

Mais d’où vient cette locution ?  Elle renvoie tout simplement à une distinction remise au Moyen Age aux plus méritants. Il s’agit du ruban accroché à la croix de Malte fondée par le roi Henri III au XVI siècle.  Les che­valiers de cet ordre étaient ainsi ­surnommés « les cordons-bleus » et comptaient parmi l’élite du Royaume de France. De plus, ils se réunissaient dans des clubs de fins gourmets pour cultiver l’art du bien manger, d’où la référence à la bonne cuisine. Et cette expression perdure, depuis, même au-delà de la Révolution.

Qui dit l’art de manger dit gastronomie française et Auguste Escoffier (1846-1935), cette référence unique des cuisiniers du monde entier, par qui, ce métier est reconnu professionnel et artistique.

En 1902, il publie le « Guide culinaire », où figurent des sauces, des salades raffinées et toutes sortes de préparation de cuisson. Bref, la colonne vertébrale de la cuisine actuelle. En 1907, le virus Escoffier embarque dans le 1er paquebot de luxe qui traverse l’atlantique pour aller évangéliser le continent de l’Oncle Sam. Là-bas, Auguste y place ses propres disciples, et en 1912, il organise un diner planétaire, « Le diner d’Epicure », où un menu de haute cuisine est transmis à différents restaurants, cuisiniers et hôtels, et servi à des milliers de convives cosmopolites, en même temps, pour faire répandre orgueilleusement la cuisine de son pays.

En somme, la gastronomie constitue un très fort lien social et convivial. Cet art de la table qui diffère selon les classes sociales, les modes de vie et les pays jusqu’à en dévoiler leur propre identité. Elle est plus qu'une simple alimentation. A chaque mets, elle fait appel à nos quatre sens : le goût, la vue, l'odorat et le toucher. Ainsi, pour récompenser ses mérites, la gastronomie française a été classée à l'UNESCO en 2010 "patrimoine culturel immatériel de l'humanité".  

Certes, il faut nourrir l’estomac mais aussi et surtout le cerveau, car, à lui seul, il consomme 20% de l’énergie totale de l’organisme. Et comme ne cesse de le répéter le Professeur Gabriel Perlemuter : « La maladie d’Alzheimer est multifactorielle mais il est très vraisemblable qu’un profil délétère du microbiote participe à sa genèse », pour cela, il est fort conseiller d’adapter une alimentation méditerranéenne qui réduirait de 50% le risque d’Alzheimer. Moins de sucre. Plus de fibres, d’oléagineux et de produits riches en oméga-3.  Ce que confirme Benoît Nicolas, aussi, meilleur ouvrier de France : « La cuisine française ne doit pas être compliquée ni hors de portée », elle doit rester gastronomique et garder le plaisir de la sociabilité à table.

Alors, à vos fourneaux !

الكاتب

Nadine Sayegh-Paris

الكاتب:Nadine Sayegh-Paris

  • للمشاركة