Dr. Sami Kleib / مؤسس ورئيس تحرير: د.سامي كليب

Blanc de blanc, arme pour la mort ou signe de paix !

1220
news room June 10,2020

Nadine Sayegh-Paris

Quelle couleur intrigante qu’est le blanc, à travers les temps, les sociétés et les cultures, jusqu’à être nocif au sein du XXI siècle !

Le blanc, cette couleur, indéfectible, hygiénique, dominant les accessoires de cuisine, l’électroménager, les salles-de-bain et les draps, représente le reflet  de la pureté, de l’innocence, de la beauté, de la paix, mais aussi de la mort.

Dans la Bible, il n’y a pas de couleur. Il n’y a que la lumière, celle de Dieu qui sépare le chaos de l’ordre, la lumière de l’ombre. La couleur de Dieu doit être pure, d’un blanc lumineux.

Au cours de la préhistoire, nos ancêtres colorient les animaux en blanc sur fond marron pour pouvoir les distinguer. Depuis, et jusqu’au siècle des Lumières, le blanc devient la couleur dominante dans l’art, avec comme protagoniste une beauté féminine se reposant sur 3 piliers : la jeunesse, la richesse et la pâleur.

Cependant, au XVème siècle, l’invention de l’imprimerie attribue au blanc son principal support, assimilé à l’absence de couleur, avec son acolyte le noir.

Bien qu’à travers les siècles, son sens commence à s’acheminer vers les vertus morales, comme dans les fables de la Fontaine, et atteint le signe international de paix, de trêve et de reddition, comme dans « le drapeau blanc », sa connotation socio-culturelle s’assombrit, et le terme d’homme blanc fait son apparition au XVII siècle, par opposition à l’homme noir. Il prend alors une dimension sociale, politique et économique. C’est le pouvoir contre la liberté.

En 1790 être blanc donne accès à la citoyenneté américaine et au droit de vote, contrairement à toute autre minorité. Il fallait attendre le XIII amendement dans la constitution américaine pour abolir l’esclavage et la servitude. Et le XIV amendement pour obtenir la « Equal Protection Clause ».

Puis arrive le XXème siècle et avec lui la période du New Deal, la 2nde Guerre Mondiale, les crises internationales, qui feront surgir un réel besoin de solidarité NATIONALE entre les minorités de même race, blanche pour commencer, jugée inferieure, tels que les italiens du Nord, du Sud, les juifs de l’Europe de l’Est et les Grecs.

Et dire que l’Australie applique cette idée d’« Australie blanche » jusqu’en 1973, et l’Afrique du Sud instaure l’Apartheid jusqu’en 1991 !

En effet, ce blanc qui marque le manque, l’absence et le néant, comme dans « page blanche », « voix blanche », « nuit blanche », ou la paix comme dans le reflet de cette belle œuvre artistique de Georges Pascal Ricordeau « White Flag », symbole d’une humanité encline aux liens et aux partages, il est aussi une arme pour tuer.

Aux USA, on aurait dû espérer un changement profond depuis les 2 mandats présidentiels de Barack Obama. Mais avec l’arrivée de Trump en 2016, beaucoup de non racistes ont admis l’être. Les noirs continuent à être victimes de toute crise et de tout débordement dans un milieu où le racisme reste une arme. Cette même arme qui a tué ce jeune George Floyd, la semaine dernière !

الكاتب

Nadine Sayegh-Paris

الكاتب:Nadine Sayegh-Paris

  • للمشاركة