Dr. Sami Kleib / مؤسس ورئيس تحرير: د.سامي كليب

2021, la vie en rose ou en blanc !

679
news room December 30,2020

 

Nadine Sayegh-Paris

Dans un monde entouré de couleurs, quelle curiosité que de connaitre leur origine, leur signification cachée et leurs effets car elles sont la composante visuelle que l’on assimile le mieux, avant les formes et les mots. Selon une étude américaine : « les consommateurs n’ont besoin que d’un maximum de 90 secondes pour se faire une opinion sur un produit quant à sa valeur et à sa fiabilité et que la couleur compte pour 62 à 90 % dans leurs choix ».

Et qu’en est-il de cette opposition du rose au bleu ?

Symbole de douceur, du romantisme et d'amour, le rose est synonyme de féminité.  Mais si aujourd'hui, il est attribué dès la naissance au genre féminin, les filles n'ont pas toujours vu la vie en rose. Il y a des centaines d’années, le rose était consacré aux garçons. Signe de virilité et de masculinité par excellence. Symbole de la guerre, du pouvoir et de l’autorité.

D’ailleurs, le mot rose n’existait ni en grec ni en latin, on parlait plutôt d’incarnat ! Et ce n’est qu’après la Renaissance, avec l’arrivée en Europe du bois de Brésil, que cette couleur serait imposée sur les textiles réservés aux élites masculines.

 

Et le jeu de couleur commence !

Au XVI siècle, la réforme protestante met en place des usages et des codes entièrement construits autour des couleurs, car les réformateurs les séparent en deux grands groupes : les couleurs « honnêtes ", comme le noir, le blanc, le gris et le bleu, symbole d’élégance, de raffinement, de pureté et de perfection, vs " les déshonnêtes ", comme le rouge. Ah ce rouge qui passe du signe de l’autorité à celui de l’amour, de la sensualité et de la passion pour devenir même la couleur des robes de mariées à cette époque.

Plus tard, Madame de Pompadour impose le rose à la Cour, par opposition au bleu d’autan, couleur du ciel, de l’eau, de la mer, de l’espace, et référence par excellence au manteau de la Vierge Marie.

 

Et l’histoire continue !

En 1810, le lecteur découvre le rose assimilé à la femme dans le Traité des couleurs de Goethe : « le sexe féminin dans sa jeunesse est attachée au rose et au vert d’eau », couleur de l’espérance, de la fraîcheur et de la nature, le vert invite au calme et au repos, alors que le rose, symbole de l'ingénuité, de la candeur et de la pureté, invite à la séduction et à la fidélité.

Au XIX, les vêtements colorés se démocratisent avec le développement de la chimie des couleurs.

Bleu ciel pour les garçons, rose ou rouge pâle pour les filles : une idée qui se fixe dans les pays anglo-saxons, chez les élites bourgeoises, pour se généraliser courant XX siècle avec le développement du marketing et la résistance des couleurs aux lavages. Le rose devient une valeur sûre des publicités. Une nouvelle stratégie se développe avec des produits spécifiques à chaque genre !

 

Alors si le rose s’affirme aujourd’hui pour ses caractéristiques sensibles féminines, en ce début d’année 2021, je vous invite à voir l’année en blanc et qu’il apporte brillance, joie et paix au monde entier !

الكاتب

Nadine Sayegh-Paris

الكاتب:Nadine Sayegh-Paris

  • للمشاركة